Comment dominer le stress et les soucis

comment-dominer-le-stress-et-les-soucis

Phrase-résumée de « Comment dominer le stress et les soucis  » : L’ouvrage de Carnégie constitue une collection de recettes éprouvées et racontées d’une façon captivante : appuyé sur le vécu de personnes illustres ou inconnues, ce livre me marqua à tout jamais, au point que, à l’âge de quatorze ans, j’en fis un résumé que je portais toujours sur moi…

Par Dale Canergie, 1944 (première édition), 1993 (édition la plus récente), 340 pages. Titre original : How to Stop Worrying and Start Living

Note Cette chronique est une chronique invitée écrite par Dominique Biot du blog : Argent, travail et réussite avec les livres numériques

Chronique et résumé de « Comment dominer le stress et les soucis  »

En 1944 paraît pour la première fois " How to Stop Worrying and Start Living" ou "Triomphez de vos soucis, Vivez que diable !" Ce livre a été réédité en 1948, 49, 50, 66, 68, 72, etc…,  puis sous le nom de "Comment dominer votre stress" à partir des années 2000. En fait, "Triomphez de vos soucis" peut se comparer à son petit frère plus célèbre intitulé "Comment se faire des amis" qui, à mon avis, résume "Triomphez de vos soucis", ou plus précisément le complète.

L’auteur commence par une introduction émouvante Comment et pourquoi j’ai écrit ce livre, où il nous explique les circonstances favorisant la sortie de sa déprime en aidant les autres : une sorte de thérapie concrète expérimentée d’abord sur lui-même, ensuite en l’enseignant à ses élèves. Il compose neuf parties, chacune comprenant trois à six sections très fournies, très vivantes. Des personnages célèbres sont cités avec leur témoignage extraordinaire…

PREMIÈRE PARTIE

MESURES ÉLÉMENTAIRES CONTRE LES TOURMENTS

  • Divisez votre vie en compartiments étanches

Qui, à votre avis, a bien pu écrire ces vers :

" Heureux l’homme, bien plus que les autres, qui peut dire que cette journée lui appartient ; qui, sûr de lui dans son for intérieur, s’exclame : Que m’importe demain, même si je dois mourir, puisque j’ai vécu aujourd’hui "

On croirait lire une poésie moderne, n’est-ce pas ? Et pourtant ces lignes furent écrites par Horace, le grand poète romain. Un des traits les plus communs de la nature humaine est notre tendance à repousser la réalité. Héraclite, le philosophe grec, enseignait à ses disciples que le même homme ne peut se baigner deux fois dans la même rivière. Sans cesse, nous ne goûtons pas réellement le présent en restant soit dans le passé, soit dans l’avenir… Carpe Diem, jouissons de la journée, enseignait-on à Rome.

En résumé, si vous tenez à mener une existence sereine, refermez bien les lourdes portes du passé et de l’avenir. Vivez dans des compartiments étanches où le présent prendra toute sa part !

  • Une formule magique pour dissiper vos appréhensions

Aimeriez-vous connaître une méthode rapide pour remédier à une situation angoissante ? Une technique que vous pourriez mettre en œuvre maintenant, avant d’avoir achevé la lecture de cet article ? Oui ? Alors laissez-moi vous exposer ce que préconisait Willis Carrier, ingénieur à Buffalo, je le cite :

Lorsqu’une situation vous préoccupe, appliquez la formule magique de Willis Carrier, en passant par les trois étapes suivantes :

  • Déterminez de sang-froid les conséquences les plus graves que vous risquez de subir

  • Préparez-vous à accepter le cas échéant l’irrémédiable.

  • Ensuite, efforcez-vous calmement d’atténuer ces conséquences extrêmes.

C’est ainsi qu’il se sortit d’affaire, et beaucoup d’autres comme lui ayant compris que seule une vision objective et méthodique des évènements permettait de les surmonter…

  • Du mal que les soucis peuvent vous faire

Il y a quelques mois, j’accompagnais un de mes amis chez un spécialiste de la Thyroïde à Philadelphie afin qu’il se fasse examiner. Et devinez ce qu’il y avait d’écrit sur une énorme affiche dans la salle d’attente ? Le voici, je l’ai recopié pour vous :

" Les facteurs les plus efficaces d’une détente complète sont : le sommeil, la musique et la gaieté. Apprenez à dormir profondément, à aimer la bonne musique, à voir le côté drôle de la vie. Vous retrouverez, vous garderez la santé et le bonheur. "

Comme l’écrivait le docteur Alexis Carrel : " Les hommes d’affaires qui ne savent combattre leurs soucis meurent jeunes "

DEUXIÈME PARTIE

ANALYSE SYSTÉMATIQUE DU TOURMENT

  • Comment analyser et résoudre un problème angoissant.

Nous devons nous préparer à faire face aux épreuves en apprenant à analyser chaque problème en trois étapes, disait M. Lichtfield, que cette méthode sauva pendant la guerre :

    • Établir les faits

    • Analyser les faits

    • Arriver à une décision, et ensuite la mettre à exécution coûte que coûte.

  • Comment éliminer cinquante pour cent de vos soucis d’affaires

Au moment d’écrire ces lignes Frank Bettger est un des premiers représentants de la compagnie Fidélité de Philadelphie. Pourtant, une décennie plus tôt, il fut sur le point de démissionner quand, brusquement une analyse raisonnée de sa situation le lança sur la route du succès. À partir de cet instant, il se posait toujours ces quatre questions :

  • En quoi consiste la difficulté ?

  • Quelle en est la cause ?

  • Quelles sont les solutions possibles ?

  • Laquelle d’entre elles faut-il choisir ?

TROISIÈME PARTIE

COMMENT BRISER L’ASSAUT CONTINUEL DE VOS SOUCIS

AVANT QUE LES SOUCIS NE VOUS BRISENT

  • Disputez le terrain à vos tourments

Se tourmenter est, au fond, une habitude et j’avais pris cette habitude me confient la plupart des angoissés que je rencontre. De même, Georges Bernard Shaw avait raison quand il disait : " On se sent malheureux quand on a assez de loisirs pour se demander si on est heureux ".

Donc, lorsque les soucis vous assaillent, occupez-vous constamment. L’homme inquiet doit s’abîmer dans une activité de tous les instants s’il ne veut pas périr de désespoir dans les épreuves qu’il traverse.

  • Gare aux petits ennuis : ce sont les plus corrosifs

Ce sont souvent les petits détails, les petites choses qui mettent notre vie en danger. Combien de scènes de ménage démarrant pour une futilité. Alors que nous savons nous mobiliser pour des catastrophes, souvent nous négligeons les petits ennuis et ceux-ci finissent par nous briser comme les termites dévorant une maison…

Pour briser l’assaut continuel de vos soucis avant que ces soucis ne vous brisent, suivez la règle N°2 :

Gare aux petits ennuis : ce sont les plus corrosifs.

  • Une loi dont l’application bannira une bonne partie de vos soucis

Connaissez-vous le calcul des probabilités ? Lorsqu’Al Smith était gouverneur de New York, je l’ai entendu répondre aux attaques de ses adversaires en répondant sans cesse : " Voyons les chiffres, étudions les statistiques ", puis il rendait publics les faits incontestables qui parlaient pour lui, objectivement, sans émotion inutile, efficacement…

Donc, avant que vos soucis ne vous brisent, suivez la règle N°3 :

    • Posez-vous la question : Voyons les chiffres.

    • Demandez-vous si, d’après le calcul des probabilités, l’éventualité qui me préoccupe tant a des chances sérieuses de se réaliser.

    • Et combien de chances ?

  • Acceptez l’inévitable

Les professeurs de jiu-jitsu enseignent à leurs élèves ceci : " Pliez comme le roseau, ne résistez pas comme le chêne ". Pour quelle raison, à votre avis, les pneus de votre voiture supportent-ils les frottements, l’usure, les chocs et les graviers ? Parce qu’ils font en sorte d’accepter ces inconvénients, ces obstacles, en les supportant, en se modelant grâce à leur texture molle et caoutchouteuse…

À présent, chaque fois que je commence à me tourmenter à propos d’une chose à laquelle je ne peux rien changer, je hausse les épaules en me disant : " N’ y pense plus, accepte l’inévitable et travaille à ce que tu peux changer. "

judo

http://www.photos-gratuites.org/photo-judo.html

  • Bloquez vos tourments en leur fixant une limite

Chaque fois que vous êtes tenté de gâcher votre force nerveuse, arrêtez-vous, et posez-vous d’abord ces trois questions :

    • Combien cette chose qui me préoccupe vaut-elle réellement pour moi ?

    • À quel moment devrais-je placer un ordre limitatif des pertes dans cette histoire, et ne plus y penser ?

    • Quel est le prix maximum que je dois payer pour cette chose ? N’aurais-je pas déjà payé plus qu’elle ne vaut ?

  • N’essayez pas de scier de la sciure

Un jour je visitais la célèbre prison de Sing Sing et je fus particulièrement frappé par le fait que la plupart des détenus semblaient aussi heureux que les hommes libres. Quelque temps après leur arrivée, me conta le directeur de la prison, la plupart des criminels finissent par accepter ce qui les a amenés là, et s’adaptent pour vivre au mieux leur détention. Et de me citer le détenu-jardinier qui chantait en cultivant ses légumes derrière les murs impitoyables du pénitencier…

Il faisait preuve de plus de bon sens que la majorité d’entre nous : il savait que, de toute façon, tout l’or du monde ne pourrait rien changer au passé. Aussi, agissons comme lui :

N’essayons pas de scier de la sciure.

QUATRIÈME PARTIE

SEPT FAÇONS DE CULTIVER UNE ATTITUDE SUSCEPTIBLE

DE VOUS APPORTER LA PAIX ET LE BONHEUR

  • Neuf mots qui peuvent changer toute votre vie

La vie est ce que nos pensées en font, écrivait l’empereur Marc-Aurèle au deuxième siècle après Jésus-Christ. Et Norman Vicent Peale de lui faire échos à l’approche du vingtième siècle : L’homme n’est pas ce qu’il pense être, mais ce qu’il pense il l’est.

En d’autres mots, suivant que vous voyez la vie du bon côté ou non, vos pensées se modèleront et influenceront toute votre vie.

Si vous voulez vraiment adopter une attitude mentale qui vous apportera le bonheur, suivez la règle N° 1 :

Pensez et agissez joyeusement —– et vous serez joyeux.

  • Les rancunes se paient… et même très cher

Comme l’a si bien dit Shakespeare :

" Garde-toi bien de chauffer, pour ton ennemi une fournaise si brûlante qu’elle risque de roussir tes propres vêtements "

Afin de cultiver une attitude sereine devant vos ennemis éventuels, appliquez la règle N°2 :

N’essayez jamais de rendre la pareille à vos adversaires, car en tentant de vous venger, vous ferez beaucoup plus de mal à vous-même qu’aux personnes que vous voulez atteindre. Suivez l’exemple d’Eisenhower conseillant : Ne perdez jamais ne fut-ce qu’une minute à penser aux gens que vous n’aimez pas.

  • Ne soyez pas révoltés par l’ingratitude des gens

L’être humain est ingrat par nature, nous le constatons tous les jours. La gratitude ? Elle se cultive, elle s’entretient… Afin de ne pas ressentir amèrement cette ingratitude, vivez la règle N°3 :

A) Au lieu d’espérer une parole ou un geste de gratitude, et de vous indigner lorsque vous ne recevez ni l’un ni l’autre, attendez-vous toujours à l’ingratitude la plus complète. Rappelez-vous que le Christ a guéri 10 lépreux en une journée, et qu’un seul d’entre eux lui a exprimé sa reconnaissance. Pourquoi seriez-vous mieux récompensé ?

B) Souvenez-vous que pour trouver le bonheur, il faut non pas exiger des gestes de gratitude, mais donner pour le plaisir de donner.

C) N’oubliez pas que la gratitude n’est pas une qualité innée, mais une vertu qui s’acquiert. Par conséquent, si vous voulez que vos enfants se montrent reconnaissants, vous devez leur en donner l’habitude en faisant preuve vous-même de gratitude envers les autres.

  • Donneriez-vous ce que vous possédez pour un million de dollars ?

Un philosophe américain Logan Pearsall Smith a amassé un trésor de sagesse dans ces quelques lignes : " Il y a dans notre vie deux buts que nous devons nous efforcer d’atteindre : d’abord obtenir ce que nous voulons, ensuite nous-en réjouir. Seuls les hommes les plus intelligents parviennent au second de ces buts. "

Si vous voulez vraiment triompher de vos soucis et commencer à vivre, suivez donc la règle N°4 :

Comptez vos raisons d’être heureux —– et non vos malheurs.

  • Cherchez à vous connaître vous-même, et à être vous-même

Quand Charlie Chaplin débuta au cinéma, son directeur de production exigea qu’il imitât un comique allemand alors très en vogue. Et Chaplin ne sortit du rang que le jour où il résolut de passer outre et de composer son propre personnage —- d’être lui-même.

Si vous désirez cultiver une attitude mentale vous menant à la sérénité, observez la règle N°5 :

N’imitez pas les autres. Cherchez à bien comprendre votre personnalité, et soyez vous-même.

  • Le destin ne vous a donné qu’un citron ? Eh bien, faites-en une citronnade

Plus j’étudie la carrière des hommes de Génie, écrit Dale Carnégie, plus je m’aperçois que la plupart d’entre eux se sont distingués justement parce qu’ils ont débuté dans la vie avec un handicap qui les incitait à faire des efforts exceptionnels et à se fixer des buts grandioses. Comme l’a dit William James : " Nos infirmités nous apportent une aide inattendue. "

Par conséquent, efforcez-vous d’appliquer la règle N°6 :

Le destin ne vous a donné qu’un citron ? Eh bien, ingéniez-vous à en faire une citronnade.

  • Comment se guérir de la mélancolie en quinze jours

Le grand écrivain Théodore Dreiser n’a jamais manqué de ridiculiser les religions. Toutefois, Dreiser prêchait toujours un des principes essentiels du christianisme : l’amour du prochain. "Si l’homme veut trouver au moins un peu de joie durant son séjour sur terre, déclarait-il, il doit s’efforcer d’améliorer non seulement sa propre vie mais aussi celle des autres, car sa joie dépend de celle des autres comme la leur dépend de la sienne ."

Aussi, fort de cet avis, pratiquez la règle N°7 :

Cessez de penser uniquement à vous-même, en pensant davantage aux autres. Faites chaque jour une bonne action qui fera naître un sourire sur un visage harassé.

CINQUIÈME PARTIE

GARDEZ VOTRE SÉRÉNITÉ —– EN DÉPIT DE TOUTES LES CRITIQUES

  • Dites-vous bien qu’on vous attaque parce qu’on vous jalouse

En 1862 le général Grant remporta la première grande victoire des états du Nord. Elle fit de lui un héros national. Et pourtant, six semaines plus tard, Grant fut arrêté, privé de son commandement, accablé d’injures et de malédictions. Pourquoi Grant fut-il arrêté alors qu’il se trouvait à l’apogée de sa gloire ? En grande partie parce qu’il avait excité la jalousie et l’envie de ses supérieurs, des hommes pleins de vanité et d’arrogance.

La morale de cette histoire ? Chaque fois que vous êtes sur le point de vous cabrer sous une critique injuste, rappelez-vous la règle N°1 :

N’oubliez jamais qu’une critique injuste est souvent un compliment indirect. Dites-vous bien que les critiques ne sont, souvent, qu’une forme particulière de jalousie.

  • Devenez insensible aux critiques

La nièce de Théodore Roosevelt fut une des femmes les plus critiquées en son temps. Comment put-elle résister aux flots de haine de ses ennemis ? Elle raconta que dans sa jeunesse, extrêmement timide, elle alla demander conseil à sa tante. " Tant que tu es persuadée d’avoir raison d’agir comme tu le fais, ne t’occupe pas de ce que les gens peuvent dire, lui conseilla-t-elle." Et, ajouta Eléonor Roosevelt, ce petit conseil devait devenir le socle de mon existence.

Chaque fois qu’on vous critique injustement, observez la règle N°2 :

Faites de votre mieux, ensuite ouvrez votre vieux parapluie et promenez-vous tranquillement sous l’averse des critiques qui ne pourront plus vous dégouliner dans le cou.

  • Mes bévues

E.H.Little représentait les savons de la maison Colgate, et ne les vendait pas. Que fit-il, au lieu de se décourager ? Il eut le culot de retourner voir ceux qui refusaient ses ventes et de leur demander les erreurs qu’il commettait lorsqu’il voulait les convaincre. Il devint ainsi un des hommes les plus riches des États-Unis.

Si vous voulez garder votre sérénité malgré les critiques que l’on peut vous adresser, suivez donc la règle N°3 :

Tenez scrupuleusement un répertoire de vos bévues, et inscrivez devant chacune d’elles votre propre critique. Puisque personne ne saurait prétendre à la perfection,imitez l’exemple du petit représentant en savons : sollicitez une critique franche, utile et constructive.

SIXIÈME PARTIE

SIX MANIÈRES DE PRÉVENIR LA FATIGUE ET LES SOUCIS

  • L’effet néfaste de la fatigue

Savez-vous que votre cœur se repose davantage qu’il ne travaille ? En réalité son temps de repos entre chaque contraction détermine qu’il ne fonctionne que neuf heures sur vingt-quatre. John Rockfeller, Eléanor Roosevelt, et bien d’autres, n’auraient jamais manqué le temps de repos quotidien qu’ils jugeaient nécessaire dans leur journée ; et c’est ce qui fit leur force, leur succès.

Si vous voulez rester en pleine forme afin de surmonter les épreuves de votre vie, faites comme ces gens sensés : imitez votre cœur en vous reposant pour mieux travailler.

  • Les causes de votre fatigue —- et les moyens d’y remédier

Les causes de notre fatigue viennent de la tension nerveuse que nous accumulons. Savez-vous que cette tension est issue des sentiments négatifs que nous subissons ?

En apprenant à travailler de façon détendue, en vous décontractant à chaque occasion et en créant de multiples et courtes pauses entre chaque étape de votre journée, vous remédierez à une fatigue destructrice et démotivante.

  • Ménagères —– évitez la fatigue, et restez jeunes !

Pour prévenir la fatigue, mesdames, suivez ces conseils

    • N’insistez pas trop sur les défauts des autres, et regardez leurs qualités

    • Intéressez-vous à vos voisins, à votre prochain

    • Établissez, avant de vous coucher, le programme du lendemain

    • Trouvez des occasions pour vous détendre chaque jour en vous relaxant sur votre sol, en respirant lentement, en évacuant toutes tensions.

  • Quatre conseils utiles pour organiser votre travail

    • Débarrassez votre bureau de tous les papiers ne concernant pas votre journée

    • Accomplissez vos tâches dans l’ordre de leur importance

    • Lorsque vous vous trouvez devant un problème, résolvez-le tout de suite, à condition d’être en possession de tous les faits. Ne repoussez pas au lendemain.

    • Apprenez à déléguer une partie de vos pouvoirs, à diriger et à surveiller

  • Comment chasser l’ennui qui fait naître la fatigue et les ressentiments

Une des causes principales de la fatigue est l’ennui, cet ennui qui génère l’unique cause de la diminution de nos capacités. Vous n’aimez pas votre travail ? En vous efforçant de découvrir le côté intéressant de votre métier, ou de lui donner une forme intéressante, vous le détesterez de moins en moins.

Rappelez-vous toujours qu’en vous intéressant à votre boulot, vous apaisez vos soucis, vos tracas, sans compter qu’à la longue vous en obtiendrez de l’avancement et probablement une augmentation devant les résultats inévitablement acquis grâce à votre nouvelle vision des choses.

  • Vous souffrez d’insomnie ? Ne vous en inquiétez pas trop

Si vous souffrez d’insomnie, ne vous en souciez pas et appliquez les cinq règles suivantes :

  • Levez-vous, travaillez ou lisez jusqu’à ce que le sommeil vous gagne.

  • Souvenez-vous que jamais personne n’est mort de manque de sommeil. En général, la crainte de ne pouvoir dormir cause bien plus de ravages que l’insomnie elle-même.

  • Si vous êtes croyant, priez !

  • Décontractez votre corps en utilisant la méthode du Dr Fink

  • Faites des exercices physiques. Fatiguez-vous si bien que vous ne puissiez pas résister au sommeil.

SEPTIÈME PARTIE

SACHEZ CHOISIR VOTRE MÉTIER

  • L’une des deux décisions capitales de votre vie

Avec le mariage, choisir un métier qui nous plaît est capital pour notre vie future.

  • Par conséquent, réunissez tous les faits avant de vous décider. Si vous négligez cette précaution, vous risquez de vous en repentir toute votre existence.

  • Ensuite, débarrassez-vous de l’idée que vous n’êtes pas fait pour telle ou telle profession. Toute personne normale sera parfaitement capable de réussir dans plusieurs emplois, de même qu’elle échouera probablement dans plusieurs autres.

HUITIÈME PARTIE

COMMENT LIMITER VOS PRÉOCCUPATIONS FINANCIÈRES

  • Soixante-dix pour cent de vos soucis…

Soixante-dix pour cent de vos soucis concernent l’argent, et pour éviter autant que possible des inquiétudes d’ordre financier, suivez ces conseils de budget :

  • Notez vos dépenses —- noir sur blanc.

  • Établissez un budget sur mesure qui comprend réellement tous vos besoins.

  • N’augmentez pas vos migraines en même temps que vos revenus.

  • Protégez-vous contre la maladie, l’incendie, et toutes sortes de dépenses imprévisibles.

  • Apprenez à vos enfants la valeur de l’argent.

  • Ne jouez jamais…. JAMAIS !

NEUVIÈME PARTIE

HISTOIRES VÉCUES

Ce livre, comprenant de nombreuses anecdotes, nous l’avons vu, ne pouvait manquer de nous donner quelques-unes d’entre elles un peu plus étoffées, ceci afin de nous faire sentir que des personnes ayant vécu selon ces préceptes en ont reçu tant de bienfaits qu’elles en témoignent presque avec ferveur. Voici donc un petit panel des plus édifiants :

  • Six catastrophes me menaçaient en même temps

  • Comment je me suis débarrassé d’un complexe d’infériorité

  • Voilà pourquoi je ne me tourmente plus

  • J’étais autrefois le plus parfait des imbéciles

  • Etc…

CONCLUSION sur “Comment dominer le stress et les soucis“ par Dominique Biot du blog Argent, travail et réussite avec les livres numériques

Lorsque je suis tombé sur ce livre, mon père l’avait reçu afin de suivre les séminaires que la société Carnégie produisait déjà dans les années 70. Bon gré, mal gré, il devait y aller et ne m’en parla jamais, me disant seulement que je pourrais toujours parcourir le bouquin, ce que je fis…

Révélation pour le jeune ado que j’étais ! Malgré le fait que je n’aie pas toujours su appliquer ces conseils par manque de persévérance, je peux témoigner combien certaines lignes lues m’ont marqué profondément, au point de ressortir encore aujourd’hui, soit 40 ans après, certains proverbes comme leitmotiv, comme reboostage diraient les jeunes.

Olivier parle avec enthousiasme du livre Comment se faire des amis : " Dale Carnegie écrit comme il parle, reste très concret en donnant des exemples nombreux, variés," et je rajoute : il le fait dans tous ses livres, et cela en passant d’un monarque à un ouvrier d’usine ou en citant la vie d’une vedette de cinéma, chacun à l’issue des épreuves qu’ils avaient surmontées.

La lecture de ce livre nous permet de vivre ces concepts décrits avec facilité et comprendre ainsi comment les appliquer au quotidien.

Celui qui aime les histoires vécues sera comblé, stimulé, encouragé !

Points forts :

  • Des anecdotes savoureuses, instructives, captivantes

  • Un positivisme réaliste, lucide, entraînant

  • Des principes essentiels, éternels que tout le monde peut appliquer

  • Un bon livre à lire sans cesse, inépuisable

Points faibles :

  • Sans doute des exemples un peu vieillots auxquels les jeunes auront du mal à s’identifier

  • Peut-être trop moraliste pour certains

  • Difficile d’actualiser avec les paramètres du XXIème siècle quelquefois très différents

Note de Dominique Biot du blog Argent, travail et réussite avec les livres numériques :
image image imageimageimageimageimageimageimage

Lire plus de commentaires sur Comment dominer le stress et les soucis sur Amazon

Avez-vous lu «  Comment dominer le stress et les soucis » ? Combien le notez-vous ?

Médiocre - Aucun intérêtPassable - Un ou deux passages intéressantsMoyen - Quelques bonnes idéesBon - A changé ma vie sur un aspect bien précis !Très bon - A complètement changé ma vie ! (3 votes, moyenne: 4,67 out of 5)

Loading...

Acheter "Comment dominer le stress et les soucis" sur Amazon :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment dominer le stress et les soucis, comment dominer le stress et les soucis pdf, dale carnegie comment dominer le stress et les soucis, comment dominer le stress et les soucis dale carnegie, auteurs et ouvrages parlant de stress, comment dominer le stress et souci, Comment eviter le souci, dale carnegie comment dominer le stress pdf

18 Commentaires pour :

Comment dominer le stress et les soucis

  • Christine

    13 Oct 2012 à 16:09

    Bonjour Dominique, bonjour olivier,

    En effet vivre l’instant présent élimine le stress et facilite la concentration en améliorant l’efficacité.

    Du coup on aborde les tâches à faire avec cohérence et l’on fait face aux problèmes plus sereinement. Parce qu’on n’est pas pollué par les émotions générées par notre passé et les peurs de l’avenir.

    Bien amicalement,
    Christine

    Répondre



    • Jeremy Goldyn

      14 Oct 2012 à 22:49

      Merci pour cette chronique,

      Avoir des soucis qui nous procurent du stress est un phénomène connu surtout dans les grandes villes. Toujours plus vite, toujours mieux, toujours plus… Ces situations vous sont certainement connues.

      Vivant dans l’une de ces villes, je suis moi-même stressé. Ce sont des petites choses mais elles sont là. Et ce, que ce soit pour le travail ou dans la vie privée.

      Bref, voici une petite méthode que j’utilise pour palier les situations de stress quand elle s’annonce.

      0. Se rendre compte qu’on est stressé et comprendre la nature de ce sentiment oppressant.
      1. Est-ce que je peux faire quelque chose par rapport à cela ?
      Si oui, quoi et comment ? Se donner les moyens en priorité pour se sentir mieux (ainsi tout le reste ira mieux aussi).
      Si non, accepter le fait et passer à autre chose. En parler à quelqu’un si ça peut soulager. Faire tout ce qui peut soulager.
      2. Qu’est-ce que j’ai appris de cette situation oppressante ? Comment ne plus créer les conditions pour la revivre ?
      3. Agir. Ne rien faire est sûrement la pire des choses à faire.

      Cette méthode est ce que je fais. je ne dis pas que c’est une solution miracle mais peut-être qu’elle pourra vous aider.

      Voici encore quelques trucs pour affronte une situation stressante :

      – Toujours essayer de positiver un évènement même s’il nous rend mal.Trouver le bon côté dans le mauvais.
      – Se dire qu’on peut apprendre de ce qu’on vit et mieux faire une autre fois.
      – Se faire plaisir pour apaiser le sentiment de stress.
      – Contacter des amis proche afin de leur partager nos soucis.
      – …

      Jérémy,

      Répondre



      • Dominique

        15 Oct 2012 à 14:25

        Bonjour Christine et Jérémy,
        Dale Carnégie continue, par le biais de ses livres, à avoir un succès considérable dans le monde. Ses séminaires continuent encore aujourd’hui dans beaucoup d’endroits. La clé principale que j’en retiens : Vivre le présent et aller de l’avant. Bonne journée !

        Répondre



        • Jeremy Goldyn

          18 Oct 2012 à 11:25

          Bonjour Dominique,

          Je suis bien d’accord avec toi. Je pense qu’il faut toujours rester optimiste peu importe ce qui arrive dans la vie. Ce n’est pas toujours facile mais c’est la meilleure façon d’avancer.

          Si vous n’en n’êtes pas convaincu, il suffit de réfléchir par l’absurde : et si je laissais mes émotions négatives m’envahir, quel serait le résultat ? Vous connaissez la réponse…

          Penser par l’absurde est devenu pour une manière de penser qui me rappelle que chaque moment est le plus important et qu’on peut en faire ce qu’on veut.

          Merci pour la discussion,
          Jérémy

          Répondre




        • Bonjour Dominique
          Ce livre a été un des premiers livres de développement personnel que j'ai lu quand j'étais adolescent!
          Et il m'a tellement marqué qu'il est certainement en lien avec ma vocation à aider les autres à aller mieux.
          Merci de ce rappel.
          Prends soin de toi.
          Luc Mister No Stress.

          Répondre



          • Fabien NOËL

            18 Oct 2012 à 09:38

            Bonjour et merci pour cette chronique.

            Etant un humble pratiquant et jeune enseignant d’Arts Martiaux, j’approuve le passage ou l’on parle du Jujitsu.

            Bien évidement que les principes de base dans les arts martiaux sont l’acceptation et le respect. Il faut accepter la douleur physique au début, accepter d’être approcher par ses partenaires, accepter que l’autre rentre dans notre bulle, accepter de prendre parfois des coups pendant le combat… et relâcher.

            Si l’on reste dure que de la pierre, le vivant ne peut être vif. Au contraire si l’on se comporte comme l’arbre ou le bambou, à la fois rigide et souple, nous somme dans l’équilibre.

            Tout ce travail intérieur à pour but d’accepter et de canaliser les émotions. Une fois cette prise de conscience faite, nous pouvons vivre à travers nous, au lieu de vivre au travers des autres.

            J’espère que mon discourt est assez explicit.

            Fabien

            Répondre



            • Luc mister-no-stress

              18 Oct 2012 à 10:09

              Bonjour Dominique,
              Merci pour le rappel de ce livre qui a été aussi pour moi une révélation.
              J’étais aussi un adolescent coincé et malheureux quand je suis tombé « par hasard » sur ce livre.
              Il fut très longtemps mon livre de chevet.
              Ta chronique me redonne envie de le lire.
              Prends soin de toi
              Luc Mister No stress

              Répondre



              • Serge

                20 Oct 2012 à 11:28

                Bonjour Dominique, bonjour Olivier,
                Merci beaucoup pour cette chronique. C’est le premier livre de Carnegie que j’ai lu : à la suite de cette lecture, je les ai tous lus !

                Cette chronique m’a rappellé le contenu très pertinent que je n’avais pas relu depuis plusieurs années. C’est en effet un livre qui peut changer une vie, et qui est utile dans tous les domaines.
                Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce livre m’aide même à mieux investir : lorsque j’investis au moment des paniques sur le marchés financiers, je me souviens toujours de plusieurs passages de ce livre. Par exemple :
                – Établir les faits, analyser les faits, et arriver à une décision, et ensuite la mettre à exécution coûte que coûte.
                – « Voyons les chiffres, étudions les statistiques » en restants objectifs et loin de toutes les émotions !

                Superbe chronique, merci encore.

                Répondre



                • Dominique

                  20 Oct 2012 à 11:43

                  Moi, ce sont les anecdotes citées qui m’ont le plus marqué. Personnellement, j’ai besoin de biographies pour m’identifier et aller de l’avant. Si quelqu’un a vécu une situation en la surmontant, pourquoi pas nous ?

                  Répondre



                • Maxime

                  20 Oct 2012 à 18:53

                  Un très bon livre même si certains passages ne sont plus très d’actualité ^^

                  Répondre



                  • Arnaud

                    21 Oct 2012 à 10:58

                    bonjour,

                    Pour l’avoir il s’agit d’un excellent livre, mais qui ne va pas forcément au bout des choses. Certaines idées ne sont pas assez développées, notamment l’idée du stress qui vient du monde autour. Je penses que Carnegie aurait pu aller beaucoup plus loin. C’est certainement la seule chose que je reproche à ce livre. Mais pour moi ce livre a changé beaucoup de choses dans ma vie

                    Répondre



                    • Xavier

                      21 Oct 2012 à 11:01

                      Merci pour cet article.

                      Lire Dale Carnegie, c’est un peu comme recevoir les bons conseils d’un vieil ami 🙂 Je précise d’emblée que c’est un auteur que j’adore et respecte, et que j’ai lu plusieurs fois « Comment se faire des amis ».

                      La force de cet auteur et de ses livres a toutefois tendance à devenir sa faiblesse. Comme tu le soulignes, le livre est plein d’anecdotes intéressantes qui rendent la lecture facile et captivante. Toutefois, ces anecdotes commencent à sérieusement dater, et il devient difficile de réellement intéresser de jeunes lecteurs à ce genre de livres. D’où ma comparaison ci-dessus avec les conseils de grand-papy, qui sont certes pertinents et intéressants, mais vieillots et peut-être difficilement « achetables » par un jeune.

                      Bref, un livre savoureux, qui sent bon le feu de vois et le plancher qui craque. Des conseils intemporels, mais des anecdotes et des exemples qui gagneraient à être actualisés (mais ça ne se fera pas, car ça ferait hurler les puristes) 🙂

                      Répondre



                      • Dominique

                        21 Oct 2012 à 18:55

                        Quoi que… Le même genre actualisé avec un style moderne devrait plaire ? Avis aux amateurs ! Je vois très bien Olivier nous écrire ce bouquin 🙂

                        Répondre



                      • Phillipe

                        22 Oct 2012 à 00:51

                        Tiens encore une lecture de Dale Canergie cela ne me surprend pas.

                        Je ne connaissais pas ce livre, j’avais plutôt l’habitude de lire un autre livre : Gestion du stress par Comby mais je vais voir ce que donne la version de Dale Canergie

                        Répondre



                        • Mouna Mned

                          6 Nov 2012 à 18:46

                          waou c'est vrmt intéressant …

                          Répondre



                          • Laure

                            22 Déc 2012 à 11:10

                            Très heureuse d’avoir trouvé ici des informations précieuses qui me permettront de compléter le travail que je viens de commencer sur un vaste sujet…. « moi » lol…
                            Encore beaucoup de travail et de persévérance mais merci vraiment pour ces conseils avisés si précieux !

                            Répondre



                            • Wellars

                              22 Déc 2012 à 13:01

                              Bonjour Olivier, vos conseils me comble toujours de joie.
                              le livre de dale Carnegie <> c’est un livre exemplaire je le possede dans mon petit bibliotheque c’est vraiment tres nteressant. j’appecie votre methodologie de precher par des exemples concrets

                              Répondre



                              • Gary

                                7 Mai 2015 à 07:31

                                Bonjour Olivier,

                                Il s’agit d’un très bon résumé du livre de Dale Carnegie. Comme à son habitude, Dale Carnégie apporte son analyse concrète et abordable par tous.

                                J’ajouterais également que nous vivons dans un monde où le numérique est partout.

                                Il peut être à la fois une invention formidable, un outil nous permettant de nous simplifier la vie.

                                Il peut également être une source de stress considérable car nous devons nous adapter à son rythme.

                                Dans la vie, tout va trop vite que ce soit au travail, les interactions sociales, la vie est épuisante.

                                Il faut parfois revenir à plus de simplicité pour éviter les sources de stress inutiles.

                                Répondre









                                Les commentaires postés avec une adresse email non valide ne seront pas publiés